Effectivement, nous venons de connaître deux mois extrêmement secs, ce qui nous a rappelé la question de l’eau et de son utilisation dans la ville. Le journal Bruzz
annonçait hier que notre Région allait élaborer son premier plan sécheresse et qu’un groupe de travail avait été créé à cet effet.

Si nos réserves en eau potable ne sont pas menacées, il est toutefois primordial de les utiliser de façon rationnelle et d’éviter le gaspillage. Or tant les Bruxellois que les services publics utilisent souvent de l’eau potable à des fins qui ne nécessitent pas d’eau d’une telle qualité, par exemple pour l’arrosage des plantations ou le nettoyage des rues et des véhicules.

Par ailleurs, la sécheresse affecte fortement la végétation et la faune de notre Région, ce qui pose question quant à notre façon de traiter l’eau en milieu urbain. En effet, les eaux de ruissellement sont généralement envoyées directement vers les égouts alors qu’elles pourraient, beaucoup plus utilement, réhydrater les sols ou alimenter des
zones humides utiles à la biodiversité, qui constitueraient autant d’îlots de fraîcheur pendant les grosses chaleurs.

Pouvez-vous nous donner plus d’informations quant aux missions de ce groupe de travail et aux objectifs du plan sécheresse ?

Outre les mesures d’information et d’urgence liées aux épisodes de sécheresse, travaillera-t-il également à la mise en place de mesures structurelles pour réduire drastiquement le gaspillage de l’eau potable quand elle est utilisée à des fins qui ne le nécessitent pas vraiment ?

De même, des mesures structurelles seront-elles prises pour réutiliser et infiltrer autant que possible les eaux de pluie dans le sol bruxellois et éviter ainsi leur renvoi à l’égout ?

Mon intervention complète et la réponse du Ministre ici:  http://weblex.brussels/data/crb/cri/2019-20/00023/images.pdf#page=33

Share This